www.islam-a-tous.com

Sur Mouslimradio, Coran, Hadith, Anachid, Tajwid, texte islamique et bien d'autres choses.....

Actuellement, en direct sur Loading ...


SAWS est l'abrégé de : Salla Allahou alayhi Wa Salam
"Allah et ses Anges prient sur le Prophète. O croyants, priez pour lui et louez-le."
( Sourate 33, verset 56 ).

Et d'aprés Al-Husayn, le Prophète ( Salla Allahou alayhi wa Salam ) a dit :
"L'égoîste, c'est celui qui ne prie pas sur moi quand mon nom est prononcé en sa présence.",
Rapporté par Ahmad, At-Tirmidhi, an-Nassa'î.

Mou'adh ibn Jabal – ( les Compagnons du Prophète ) – islam à tous

Mou'adh ibn Jabal – ( les Compagnons du Prophète )

Mou’adh ibn Jabal

Sa naissance et ses débuts

Mou’adh ibn Jabal (qu’Allah soit satisfait de lui) naquit à Médine. Il avait l’esprit vif et était éloquent et ambitieux. Allah, le Très-Haut, le dota d’une verve splendide, d’un beau visage ainsi que du brio.

Tout jeune, Mou’adh (qu’Allah soit satisfait de lui) embrassa l’islam grâce à Mus’ab ibn ‘Umayr envoyé par le Prophète (pbAsl) à Médine pour y enseigner.

Son serment prêté au Prophète

Mou’adh (qu’Allah soit satisfait de lui) fit partie du groupe composé de 72 membres qui prêtèrent serment d’allégeance au Prophète (pbAsl). A son retour à Médine après la conclusion de ce pacte de fidélité, Mou’adh se mit à prêcher l’islam parmi son entourage. Grâce à lui, un nombre d’hommes -qui seront plus tard parmi les grands Compagnons- adoptèrent l’islam, tel : ‘Amr ibn Al-Jamûh.

De ses qualités

Quand le Prophète (pbAsl) émigra à Médine, Mou’adh s’était attaché à ses pas pour apprendre le Coran et les préceptes de l’islam. Avec le temps, Mou’adh fut compté parmi les Compagnons les plus versés dans le Coran et les plus instruits dans la religion. Le Prophète (pbAsl) lui rendit hommage, en disant : « Mou’adh ibn Jabal est celui parmi les membres de ma Communauté qui sait parfaitement distinguer le licite de l’illicite ». (Hadith transmis par At-Tirmidhî et Ibn Mâja).

Mou’adh (qu’Allah soit satisfait de lui) fut l’une des six personnes qui avaient œuvré à colliger le Coran, du vivant du Prophète (pbAsl).

Après la conquête de La Mecque, le Prophète (pbAsl) y engagea Mou’adh comme enseignent et le chargea de transmettre l’islam aux gens et de leur apprendre le Coran.

De même, quand les souverains yéménites vinrent annoncer au Prophète (pbAsl) leur conversion à l’islam et qu’ils lui demandèrent de leur assigner un précepteur, son choix tomba sur Mou’adh (qu’Allah soit satisfait de lui) pour remplir cette mission, en le mettant à la tête d’une troupe de Compagnons (qu’Allah soit satisfait d’eux). Le Prophète (pbAsl) sortit, par lui-même, pour leur faire ses adieux et conseilla alors Mou’adh (qu’Allah soit satisfait de lui), en disant : « O Mou’adh! Il se peut que vous ne me voyiez pas à l’année prochaine. Veuillez me rendre visite à ma mosquée et à mon tombeau, etc.… « . Mou’adh (qu’Allah soit satisfait de lui) se fendit en larmes par crainte de la séparation d’avec le Prophète (pbAsl). En effet, celui-ci (pbAsl) rendit le dernier soupir et ce fut sa dernière rencontre avec Mou’adh.

Après le décès du Prophète (pbAsl), Mou’adh (qu’Allah soit satisfait de lui) fut de retour à Médine. Il fut profondément affligé et versa de chaudes larmes pour la mort du Prophète (pbAsl).

Quand le califat échut à ‘Umar ibn Al-Khattâb (qu’Allah soit satisfait de lui), celui-ci l’envoya aux Banû Kilâb pour trancher leur litige.

Abou Idris Al Khawalàni, paix à son âme, a dit: «Je suis entré une fois à la mosquée de Damas. Tout à coup je vis un jeune homme souriant que les gens entouraient. Quand ils étaient en désaccord sur une question ils recouraient à son arbitrage et adoptaient son opinion. Je me renseignai alors sur lui et l’on me dit: «C’est Mou’âdh Ibn Jabal, que Dieu lui accorde Sa satisfaction». (Mâlik avec une chaîne authentique)

Son séjour parmi les concitoyens d’Ach-Châm pour leur apprendre le Coran

Sous le califat de ‘Umar aussi, le gouverneur d’Ach-Châm, Yazîd ibn Abû Sufyân envoya demander à ‘Umar (qu’Allah soit satisfait de lui) un précepteur pour ses sujets. ‘Umar convoqua alors Mou’adh ibn Jabal, ‘Ubâda ibn As-Sâmit, Abû Ayyûb Al-Ansârî, Ubay ibn Ka’b et Abû Ad-Dardâ’ et leur dit : « Vos coreligionnaires à Ach-Châm me demandent de leur assigner un précepteur pour apprendre le Coran et s’instruire dans la religion. Aidez-moi donc qu’Allah vous accorde Sa miséricorde dans le choix de trois parmi vous. Veuillez procéder par tirage au sort, ou bien je désignerai par moi-même trois parmi vous ». – « Et pourquoi tirons-nous au sort?, répondirent-ils, Abû Ayyûb est âgé, Ubay est malade et il ne reste que nous trois ». – « Commencez, vous trois, par Hams et quand vous serez rassurés sur l’état de son peuple, quittez-la en y laissant l’un de vous. Puis, que le second se dirige vers Damas tandis que lautre, vers la Palestine ».

Les trois se dirigèrent donc vers Hams où fut laissé ‘Ubâda ibn As-Sâmit. Tandis que Abû Ad-Dardâ’ se rendit à Damas et Mou’adh ibn Jabal en Palestine.

Sa mort

Mou’adh (qu’Allah soit satisfait de lui) resta en Palestine jusqu’à ce qu’il fut atteint de la peste. A l’article de la mort, il se mit à dire : « O mort! Soyez la bienvenue! Tel un visiteur qui vient après une longue absence et un être cher qui arrive après un profond désir ». Il se mit à regarder la voûte céleste, puis dit : Mon Seigneur! Vous savez parfaitement que je n’ai jamais aimé l’ici-bas ou désiré la longévité pour y planter des arbres ou y faire couler des fleuves, mais plutôt pour accomplir le jeûne pendant les journées les plus torrides, passer les nuits à faire des dévotions et se presser autour des Ulémas qui tiennent les cercles du Dhikr. Veuillez recueillir mon âme comme Vous Vous recueillez les âmes croyantes ». Puis, il rendit le dernier soupir, qu’Allah lui accorde Sa miséricorde.

Laisser un commentaire