www.islam-a-tous.com

Sur Mouslimradio, Coran, Hadith, Anachid, Tajwid, texte islamique et bien d'autres choses.....

Actuellement, en direct sur Loading ...


SAWS est l'abrégé de : Salla Allahou alayhi Wa Salam
"Allah et ses Anges prient sur le Prophète. O croyants, priez pour lui et louez-le."
( Sourate 33, verset 56 ).

Et d'aprés Al-Husayn, le Prophète ( Salla Allahou alayhi wa Salam ) a dit :
"L'égoîste, c'est celui qui ne prie pas sur moi quand mon nom est prononcé en sa présence.",
Rapporté par Ahmad, At-Tirmidhi, an-Nassa'î.

L’ascétisme (Az-Zouhd)

 

En islam, l’ascétisme (en arabe Az-Zouhd) consiste non pas à délaisser cette vie d’ici-bas, mais de s’en désintéresser. C’est de s’élever de telle sorte que nul et rien, en dehors d’Allah, n’occupe l’esprit, car tout ce qui est en dehors de Lui ne vaut pas l’aile d’un moucheron.

Aboul-Abbas Sahl Ibn Sa’d al-Sa’idi (Radhiya Allahou ‘Anhou) a dit :« Un homme vint auprès du Messager d’Allah (Salla Allahou Alayhi wa sallam) et lui dit : ô Messager d’Allah ! Indique-moi une œuvre qui, lorsque je l’accomplis, Allah m’aimera et les gens m’aimeront. Il lui dit : Ne convoite pas ce monde, Allah t’aimera et ne convoite pas les biens des gens, les gens t’aimeront ». (Hadith authentique rapporté par At-Tabarani)

Ce hadith montre qu’Allah aime les ascètes qui ne convoitent pas les biens de ce monde. Du reste, on a dit à ce sujet : « Si l’amour de ce monde est la meilleure des stations, l’ascétisme dans ce monde est le meilleur des états ». Ainsi, l’ascétisme consiste en ce que le désir se détache de l’objet pour rechercher ce qui est meilleur. Quant à la connaissance qui produit cet état, elle consiste à savoir que l’objet délaissé est méprisable au même titre que celui qui est convoité. Ainsi, celui qui sait que ce qui est auprès d’Allah est impérissable et que la Vie Futur est meilleure sait également que le diamant est meilleur que la glace. Car le monde d’ici-bas s’apparente à de la glace exposée au soleil, qui ne cesse de fondre sous la chaleur. En revanche, la Vie Future s’apparente à une pierre précieuse indestructible. Aussi, c’est en fonction de la certitude de l’inégalité entre le monde d’ici-bas et la Vie Future que s’intensifie le désir d’échanger l’un pour gagner l’autre. Du reste, le Coran loue dans plusieurs passages l’ascétisme dans cette vie ici-bas et blâme la convoitise (sens des versets):

« Vous préférez la vie de ce monde alors que la vie de l’Au-delà est meilleure et qu’elle durera éternellement » ( Sourate 87, verset 16 et 17).
« Vous voulez les biens de ce monde. Allah veut, pour vous, la Vie Future » ( Sourate 8, verset 67).
« Ils ont joui de la vie de ce monde. Qu’est donc la vie de ce monde en comparaison de la vie dernière sinon comme une jouissance éphémère ?» ( Sourate 13, verset 26).

De même, nombreux sont les hadiths sur le dédain de ce bas monde. En effet, il est rapporté dans le recueil de Mouslim, d’après Djâbir (Radhiya Allahou ‘Anhou), que le Prophète (Salla Allahou Alayhi wa sallam) traversait le marché avec des gens autour de lui. Passant près d’une carcasse d’un chevreau qui avait de petites oreilles, il le prit par une oreille et dit : « Lequel de vous le veut pour un dirham ?» Les gens présents lui dirent : Nous ne le voulons pour rien ! Que pouvons-nous faire de lui ? Il leur dit : « Vous aimeriez l’avoir ? » Ils dirent : Par Allah ! vivant il a déjà une malformation ! N’en parlons pas quand il est mort. Il leur dit : « Par Allah ! Le bas monde est pour Allah plus méprisable que ce chevreau pour vous »

Il est rapporté également dans le même recueil d’après al-Mustawird Ibn Shaddad al-Fihri (Radhiya Allahou ‘Anhou) que le Prophète (Salla Allahou Alayhi wa sallam) a dit : « Ce bas monde par rapport à la Vie Future s’apparente au geste de l’un de vous qui trempe son doigt dans un fleuve : Qu’il voit ce qu’il peut en retirer ».

De son coté, At-Tirmidhi recense dans son recueil le hadith rapporté par Sahl Ibn Sa’d où le Prophète (Salla Allahou Alayhi wa sallam) dit : « Si le bas monde valait auprès d’Allah l’aile d’un insecte, Il n’en abreuverait pas le mécréant d’une goutte d’eau ».

Donc l’ascétisme, c’est le fait de se détourner d’une chose, de la mépriser et de s’en passer. Yunus Ibn Maysara dit à ce sujet : « L’ascétisme dans ce bas monde, ce n’est pas d’interdire ce qui est licite ou de dilapider un bien, c’est d’être plus confiant en ce qui est la main d’Allah qu’en ce qui est dans ta main ; c’est que ton état dans l’adversité et à l’abri de l’adversité soit le même et que ton attitude soit la même envers celui qui te loue et celui qui te critique justement ». Il explique ainsi l’ascétisme dans ce bas monde par trois choses qui relèvent de l’action du cœur et non de celle des organes.
La première des ces trois choses consiste en ce que le serviteur soit plus confiant dans ce qui est dans la main d’Allah que dans ce qu’il possède lui-même.
La deuxième chose consiste en ce que le serviteur, en subissant une adversité comme la perte d’un bien ou d’un être cher etc.… soit plus attaché à la rétribution qui en découle, qu’à la garde et la possession de ce bien. Ceci aussi naît de la certitude parfaite. ‘Ali (Radhiya Allahou ‘Anhou) a dit : « Celui qui renonce à ce bas monde supporte aisément les coups de l’adversité ». Un ancien sage a dit également : « Si ce n’étaient les épreuves de ce bas monde, nous atteindrions la Vie Future complètement dépourvus de bonnes actions ».
La troisième chose consiste en ce que pour le serviteur soit égal qu’on le complimente ou qu’on le dénigre pour la vérité. C’est-à-dire que lorsque l’attachement est grand dans le cœur du serviteur pour ce bas monde, il préfère les compliments et déteste les critiques. Ceci l’amène souvent à délaisser beaucoup de vérité par crainte des critiques et à commettre beaucoup d’erreurs et de futilités par espoir des compliments.

Source : https://www.islamweb.net/fr/article/159097/Lasc%C3%A9tisme-Az-Zouhd

Le Jihad Qital ou Lutte armé en islam, c’est quoi ?

Le Jihad Qital ou Lutte armé en islam.

*****************


*****************

Le terme Jihad signifie lutte en arabe, toute lutte est considérée en islam comme un Jihad.
Le Coran, dans certains versets traite de lutte armée, ce qu’on appelle Jihad Qital.

Qu’est-ce que le Jihad Qital ou Lutte armé en islam ?

Le Jihad Qital c’est la guerre, la lutte armée conventionnelle et légiféré.
Le Jihad Qital c’est la loi musulmane permettant de se battre pour sa terre, pour ses principes ou pour son idéal.

Le Prophète Mouhammad ( pbsl ) a délimité des règles conventionnelles qui doivent être scrupuleusement respectés par les croyants musulmans.
Ainsi, selon la loi musulmane issue du Saint Coran, le Jihad Qital ou Lutte armé Ne peut pas être effectué:
– par un membre isolé,
– par un groupe non reconnu ou une faction rebelle.

Le Jihad Qital ou Lutte armé se doit d’être officialisé par une nation de croyants et dispose de règles bien précises.

Dans le Jihad Qital ou Lutte armé, il est formellement interdit de toucher :
– aux civils innocents,
– aux personnes aux capacités réduiites comme les personnes du 3èmes âge ou les enfants,

Dans le Jihad Qital ou Lutte armé, il est formellement prohibé de s’en prendre :
– à la faune et à la flore
– ou d’intentionnellement faire du mal à une population par simple esprit de vengeance, tribalisme ou domination bestiale.

L’islam interdit aussi le suicide, et ceci de manière catégorique.

Source : Jannah Télévision ( 1440 )

Définition, tuteur (wally) et du mahram

La « Mouqabala » ou entrevue n’aura lieu qu’après accord du « Walyy » ou à défaut du « Mahram ».

Chaque femme devra informer son « Walyy » ou à défaut son « mahram» de sa démarche et l’association rentrera en contact avec l’un d’entre eux lorsqu’une rencontre aura été acceptée.

Pour rappel :

La définition exacte du « Tuteur » ou « Walyy » est l’homme musulman qui est en droit de donner la femme à marier. On notera qu’un « mahram » (homme avec qui la femme ne peut se marier définitivement) peut ne pas être un « walyy ». Le « walyy » doit être musulman.

Exemple: Le père musulman vivant est le « walyy » et « mahram » de sa fille, c’est donc lui qui donnera son consentement pour le mariage. Mais, les grands-pères maternels et paternels, les oncles maternels et paternels, les frères, les fils et les neveux chargés par le père s’il le veut, pour les moqabalas, ne seront être en aucun cas les walyy de la sœur.

La définition exacte du « mahram » d’une femme est la personne avec qui le mariage est interdit de façon définitive. La raison de cette interdiction peut être soit la parenté soit une raison légale (allaitement par exemple).

Il y a trois types de « mahram » :

I. Les maharim par parenté

Premièrement : les ascendants, les grands-pères paternels et maternels. Quant aux beaux-pères, ils sont des maharim par alliance.

Deuxièmement : les descendants, les fils des fils et les fils des filles. Quant aux fils de leur mari cités dans le saint verset, ils sont ceux issus d’un autre mariage. Ceux-là sont des « maharim » par alliance et non par parenté.

Troisièmement: les frères (des femmes) germains, consanguins ou utérins.

Quatrièmement : les neveux et les nièces, quel que soit leur degré, comme les fils des filles des frères.

Cinquièmement: les oncles paternels et maternels sont des « mahram » assimilables et effectivement assimilés par les gens aux pères et mères. L’oncle paternel est parfois appelé « père [2] ».

II. Les « maharim » par allaitement

L’on peut devenir « mahram » pour une femme à cause de l’allaitement. Ce qui est prohibé en raison de la parenté l’est aussi pour l’allaitement.

Cela veut dire que l’on peut être « mahram » pour une femme à cause de l’allaitement, comme on l’est à cause de la parenté. Aïcha radhiallâhou ‘anha dit qu’Aflah, le frère d’Abou Quays avait demandé l’autorisation de lui rendre visite après l’instauration du voile. Bien qu’il fût son oncle paternel par allaitement, elle la lui avait refusée. Mais quand elle en a informé le Prophète, il lui a donné l’ordre d’autoriser la visite [3]. Le même hadith est rapporté par Mouslim [4].

Les maharim de la femme pour raison d’allaitement sont comme ses maharim pour raison de parenté.

III. Les « maharim » par alliance

Les maharim d’une femme pour raison d’alliance sont les personnes qu’il lui est perpétuellement interdit d’épouser comme le mari de la mère, l’époux de sa fille, le beau-père. Est considéré comme « mahram » par alliance pour l’épouse du père, le fils de celui-ci issu d’un autre mariage. Pour la belle fille, c’est le beau-père. Pour la mère de l’épouse, c’est le mari de celle-ci [5].

Les pères des maris et leurs fils sont les maharim d’une femme par alliance. Allah les a mentionnés avec leurs pères et fils pour les placer sur un même pied d’égalité en ce qui concerne l’exhibition des parures devant eux [6].

Ni le mari de la tante maternelle ni les oncles maternels ou paternels du mari sont des « Maharim » pour la femme.

[1] Sourate 24, An-Nour (La Lumière), verset 31:«Et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs.»

[2] Sourate 2, Ali-‘Imran (La Famille d’Imran), verset 133: « Etiez- vous témoins quand la mort se présenta à Jacob et qu’il dit à ses fils : «Qu’adorerez-vous après moi ? »- Ils répondirent : « Nous adorerons ta divinité et la divinité de tes pères, Abraham, Ismaël et Isaac.»

[3] Voir Sahih al-Boukhari commenté par al-Asqalani, 9/150.

[4] Urwa a rapporté d’après Aïcha radhiallâhou ‘anha que son oncle paternel par allaitement, du nom d’Aflah, lui avait demandé l’autorisation de lui rendre visite. Quand elle a informé le Prophète de son refus, celui-ci lui dit : « Ne te voiles pas devant lui, car la prohibition (matrimoniale) créé par la parenté agit aussi suite à l’allaitement ».Sahih de Mouslim commenté par An-Nawawi, 10/22.

[5] Sourate 24, An-Nour (La Lumière), verset 31:«Et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs.»

[6] Al-Moughni, 6/555.

Source : http://mariageetsunna.over-blog.com/pages/Definition_du_tuteur_wally_et_du_mahram-6175333.html

Dictionnaire islamique , pour enrichir notre connaissance sur l'islam


dictionnaire,islam,islamique,musulman
141 Mots
pour l’instant

Afin d’enrichir notre connaissance sur l’islam, j’ai créé ce dictionnaire islamique qui contiendra une très large gamme de mots avec leurs définitions et si possible la source de la définition.
Pour améliorer la qualité de ce dictionnaire islamique, n’hésiter pas à me signaler toute erreur, que se soit dans la définition ou dans la source, car le but est d’arriver à un dictionnaire islamique parfait et utile à tous…


Dictionnaire de référence français/arabe - Version 2 (Pro)
Dictionnaire de référence français/arabe – Version 2 (Pro)



dictionnairedictionnairedictionnairedictionnaire– C –
chaféisme (chaféiste)

Chahadah ( La conversion à l’islam )

Charia , sharia
chétane
chiisme

circumambulation

coran


– D –
dhikr

Djihad, jihad ou djihâd
Djuwayriyya

Druzes , Darazī


– E –


dictionnaire– F –
fana

faqîh

faridah

Fatwa

fiqh

Fikr


dictionnaire– G –
ghusl (bain rituel, La grande ablution)


– H –
hadith

Hafsa bint ‘Umar

hanafisme ou hanéfisme

hanbalisme (hanbaliste)

Hanifa (ibrahim ou Abraham)

hawza

Hégire

Hijab


– I –
Ibrahim (Abraham)

Idjma

ihram

ijtihad

imam

imamites , imamisme

iqama

Ismaël

Ismaélisme
Isnad

isra et miraj (Le voyage Nocturne)

Issa (Jésus)


– J –
Jawârih
Jibril (l’ange Gabriel)

Jilbab
Jihad, Djihad ou djihâd


– K –
dictionnairedictionnaireKaaba, Ka’ba ou Ka’aba
kalâm

Khadija ou Khadidja bint Khuwaylid

kharidjisme (kharijites)

khatib

khutba (sermon)


– L –
L’adultère

La chasteté

La circoncision en Islam

La conversion à l’islam ( Chahadah )

La grande ablution ( ghusl )

La petite ablution ( woudhou, wudhû )

La pierre noir

La priere de consultation ( salat al Istikhara )
La prière de l’absent

La prière de l’Aïd Al Adha

La prière de l’Aîd Al Fitr

La prière de tout les jours

La prière du Malade

La prière du tarawih

La prière du Vendredi

La prière du Voyageur

La prière en Commun

La priere mortuaire ( salat al janaza )

Lailat al Bara’a

Laylat al Qadr (la Nuit du Destin)

Le calendrier Musulman

Le divorce islamique officiel

Le mariage islamique officiel

Le Mont Arafat

Le prophète de l’Islam est Muhammad
Le voile islamique

Les 5 piliers de l’islam

Les 6 jours de jeüne supplémentaire , après l’aid al fitr

les 99 noms d’Allah

les femmes du prophete ( sahabiyat )

Les jours de fêtes et d’évènements de l’année Islamique


– M –
madhab

Muhammad ( mahomet n’est pas le nom du Prophète )

malékisme

marja-e taqlid

Mârya ( Marie la Copte )

Maryam (Marie)

maturidisme

Mawlid (la naissance du Prophète)

Maymûna bint al-Hârith

mihrab

minaret

misbaha , masbaha

mollah

monothéiste

moufassir , mufassirun
Mouraqaba

Moussa (Moïse)

muezzin , mu-addin

muftis

muhaddith

mujtahid

mutazilisme , motazilisme

Mutakallim , mutakallimun


– N –
nâfilah (surérogatoire)

Niqab

Nissab


– O –
Omrah , le petit pélerinage

Ouléma


– P –
Polythéisme


– Q –
qibla

qiyas


– R –
dictionnaireRamadan
Rayhâna


– S –
saee (circumambulation)

Safiyya bint Huyayy

sahaba, sahabiy

sahabiyat ( les femmes du prophete )

salafisme

Salat

salat al Istikhara ( La priere de consultation )
salat al janaza ( la priere mortuaire )

salawats
Sarah

Sawda bint Zam’a
Sharia , charia
Soufisme , Soufi
Sourate , Les sourates du Coran
Sunna
sunnisme

surérogatoire


– T –
Tadhakkur
Tafsir
takbir

tawaf (circumambulation)

tayammum (ablution sèche)


– U –
Umm Habîba

Umm Salâma Hind

Une année lunaire


– V –


– W –
dictionnaireWaqf al Arafa (assention au mont Arafa)
woudhou, wudhû (la petite ablution)


– X –


– Y –


– Z –
Zakât Al Fitr

Zakât Al Maal

zâhir , zahirisme
Zaynab bint Djahch

Zaynab bint Khuzayma

Zuhd , Zuhad

Dictionnaire de référence français/arabe – Version 2 (Pro)
Dictionnaire de référence français/arabe - Version 2 (Pro)

L’outil indispensable pour obtenir des traductions à portée de clic

Le dictionnaire bilingue (français-arabe, arabe-français) s’adresse à tous : étudiants, professeurs, traducteurs et autres passionnés de la langue arabe. Il convient également aux arabophones des 21 pays arabes souhaitant maîtriser la langue française. Ce dictionnaire vous propose les traductions les plus pertinentes et les plus authentiques et vous permet d’améliorer votre connaissance de l’arabe et du français.

Un contenu exceptionnellement riche : en plus de ses deux dictionnaires français-arabe et arabe-français, ce logiciel ultra-rapide contient également un véritable dictionnaire arabe-arabe (avec définitions) pouvant être exploité séparément ainsi que le dictionnaire encyclopédique de référence de la langue arabe “Lissân Al ‘Arab”.

Recherche intelligente : il suffit de taper les premières lettres pour que s’affichent la liste alphabétique et une liste de suggestions (pour retrouver les mots dont on n’est pas sûr de l’orthographe).

Affichage détaillé des résultats de recherche : affichage de la catégorie grammaticale, du thème et des sens du mot recherché. Affichage de tous les synonymes dans la langue recherchée.

 

CARACTÉRISTIQUES DU DICTIONNAIRE

  • Arabe : 85 000 entrées et définitions. Écriture arabe et possibilité d’écouter la prononciation de tous les mots.
  • Français : 53 000 entrées et définitions avec écoute de leur prononciation.
  • 3 dictionnaires en 1 : français-arabe, arabe-français et arabe-arabe.
  • Affichage du script arabe : système d’écriture permettant de saisir directement en arabe.
  • Recherche de l’arabe en mode vocalisé ou non vocalisé (saisie avec ou sans voyelles).
  • Possibilité d’utiliser un clavier arabe virtuel à l’écran.
  • Console d’enregistrement afin de perfectionner sa prononciation.
  • Recherche croisée permettant d’effectuer une recherche sur un mot quelconque affiché à l’écran.
  • Paramétrage de l’affichage : réglage des couleurs et de la taille des caractères dans les deux langues.
  • Fonctions copier / coller et impression de la page en cours.
  • Historique de recherche et gestion des favoris (bookmarks).

Pour Windows Vista, veuillez lancer le logiciel en mode Administrateur via le menu Démarrer. Pour le faire, affichez la fenêtre « Propriétés » de l’icône de lancement du logiciel dans le menu Démarrer, puis sélectionnez l’onglet « Compatibilité », cochez « Exécuter ce programme en tant qu’Administrateur ». Ne pas utiliser l’autorun. (aradico)