www.islam-a-tous.com

Nous vous proposons de découvrir Mouslimradio.info

Actuellement, en direct sur Loading ...


Pour écouter MouslimRadio choisit ce qui te plait

MouslimRadio sur Winamp MouslimRadio sur iTunes MouslimRadio sur Windows Média Player MouslimRadio sur Real Player MouslimRadio sur QuickTimes MouslimRadio en Streaming MouslimRadio sur SHOUTcast Stream Status MouslimRadio sur SHOUTca.st player MouslimRadio sur Tunein MouslimRadio sur android
Mouslimradio sur tunein Mouslimradio sur android Mouslimradio sur iphone Mouslimradio sur Windows Phone Mouslimradio sur tablette, mobile, téléphone

SAWS est l'abrégé de : Salla Allahou alayhi Wa Salam
"Allah et ses Anges prient sur le Prophète. O croyants, priez pour lui et louez-le."
( Sourate 33, verset 56 ).

Et d'aprés Al-Husayn, le Prophète ( Salla Allahou alayhi wa Salam ) a dit :
"L'égoîste, c'est celui qui ne prie pas sur moi quand mon nom est prononcé en sa présence.",
Rapporté par Ahmad, At-Tirmidhi, an-Nassa'î.

islam à tous – Page 864 – Le site des convertis francophones

Aïd Al Adha ( Le jour du sacrifice )

 


aid al adhaAïd Al Adha ( Le jour du sacrifice )


L’Aid Al Adha (en arabe : عيد الأضحى) est la fête la plus importante de l’islam.

L’appellation islamique provenant des hadiths est « fête du sacrifice », cet aïd marque chaque année la fin du hajj. Il a lieu le 10 du mois de dhou al-hijja, le dernier mois du calendrier musulman, après waqf at Arafa, ou station sur le Mont Arafat.

L’Aid Al Adha ( Le jour du sacrifice ) est nommé la Tabaski par une partie des musulmans du Mali, du Sénégal, du nord du Bénin, du Niger, du nord de la Côte d’Ivoire et du Burkina Faso. De même, chez une partie des Berbères en Afrique du Nord, il est appelé Tafaska. En Turquie, il est appelé Kurban Bayramı et dans les Balkans, Kurban Bajram.

Autrefois les Morisques réfugiés en Afrique du Nord appelaient cette fête Karnéré, le terme disparaît peu à peu au profit de la dénomination arabe majoritairement en vigueur au Maghreb, il est parfois noté sous la graphie européanisée de Carnere par de nombreux voyageurs étrangers

Commémoration du sacrifice d’Ismaël

Cette fête commémore la soumission d’Ibrahim à Dieu, symbolisée par l’épisode où il acceptait d’immoler son fils Ismaël sur l’ordre d’Allah, celui-ci envoyant au dernier moment un mouton par l’entremise de l’archange Gabriel (Jibril) pour remplacer l’enfant comme offrande sacrificielle. En souvenir de cette soumission totale d’Ibrahim à Dieu, les familles musulmanes sacrifient un mouton ou un bélier, mais parfois d’autres animaux comme des vaches ou des chèvres, en l’égorgeant, couché sur le flanc gauche et la tête tournée vers La Mecque, après la prière et le sermon de l’aïd.

Rites et traditions islamiques

Le jour de Aid Al Adha ( Le jour du sacrifice ) constitue un jour de fête dans la tradition prophétique musulmane. En effet dès l’annonce de la vision de la nouvelle lune (cela signifie la fin du mois précédent et le début du suivant selon le calendrier lunaire), les musulmans où qu’ils soient, glorifient la grandeur d’Allah par le takbir comme suit :

Allah akbar, Allah akbar,laa ilaaha illa Allah wa Allah akbar, Allah akbar wa lillahi al-hamd
Dieu est le plus grand, Dieu est le plus grand, il n’y a pas d’autres divinités à part Allah et Dieu est le plus grand, Dieu est le plus grand et à lui seul lui sied la Louange

Ils doivent le prononcer autant qu’ils peuvent dans les mosquées, dans les maisons et les marchés. Les hommes le proclament à haute voix tandis que les femmes le font à voix basse, depuis la veille jusqu’à la prière du lendemain , jour de fête. Le matin très tôt, les musulmans mangent un nombre impair de dattes selon la sunna, puis après s’être purifiés par les ablutions et s’être parés de leurs plus beaux vêtements, ils se rendent au lieu de prière (à l’extérieur ). Ils prient deux unités de prière et écoute le sermon de l’imam qui les exhortent à craindre Dieu et à multiplier les actes d’adoration et de dévotion et à les parfaire afin qu’ils récoltent le succès au jour de la Résurrection. Enfin, l’imam immole sa bête ( mouton, chèvre, vache, chameau… ) au nom d’Allah, sur le lieu de prière autant que possible ensuite les fidèles l’accomplissent à leur tour. L’islam incite les croyants à remercier Dieu pour ses bienfaits, et à partager la viande avec les plus pauvres dans un esprit de recueillement et de fraternité …

Aspects socioculturels

La pratique de ce sacrifice à domicile est très controversée dans certains pays occidentaux, comme la France, qui ne fournissent souvent pas de lieux alternatifs où la communauté musulmane pourrait égorger dans les conditions d’hygiènes requises.Dans certains pays européens cependant, l’organisation de l’abattage est en partie prise en charge par les autorités depuis peu de temps.

En Belgique, en 2007, l’agence Bruxelles-Propreté a ainsi édité un fascicule distribué dans les communes et les mosquées de la région bruxelloise. Publié en quatre langues, français, arabe, turc et néerlandais, il indique les coordonnées de quatre abattoirs communaux et quatre abattoirs privés de la région de Bruxelles.

Alternatives au sacrifice

Le Manuel relatif à l’organisation des abattages rituels lors de la fête de l’Aid Al Adha ( Le jour du sacrifice ) édité par le service belge de la santé publique, de la sécurité de la chaîne alimentaire et de l’environnement informe que :
Le sacrifice ne fait pas partie des 5 piliers de l’Islam, et il est plus considéré comme une tradition que comme une obligation coranique.
Par conséquent, des solutions alternatives au sacrifice sont possibles telles que le don ou l’offrande. Les gens peuvent faire un don personnel, un don à une organisation qui vient en aide à des musulmans ou à des communautés musulmanes (exemple : villages pauvres) ou passer par une organisation qui met en conserve de la viande sacrifiée, laquelle sera alors distribuée à des familles qui ne peuvent abattre elles-mêmes un mouton.

L’Aid Al Adha ( Le jour du sacrifice ) est du reste beaucoup plus qu’un simple événement religieux. C’est aussi une grande fête familiale et sociale, et à l’instar de toute fête, elle est synonyme de rencontre, de joie, de partage et de fraternité. La Fête du Sacrifice est surtout l’occasion pour donner et faire le bien. Le partage avec autrui est une règle chez les musulmans, mais il prend une importance toute particulière ce jour-là. »

En France, l’association française Une Miséricorde Pour Tous organise ainsi annuellement une collecte de dons appelée Opération mouton et visant à offrir un mouton à certaines familles n’ayant pas les moyens d’en sacrifier un pour l’Aid Al Adha ( Le jour du sacrifice ). L’association Teranga-Kaolack organise une opération similaire, l’opération Tabaski, en faveur des démunis de la région de Kaolack (Sénégal).

Conditions d’abattage

Les critiques se focalisent généralement sur le respect de l’animal sacrifié, et notamment les conditions de transport et d’abattage, mais aussi sur le respect des législations sur la santé publique et l’environnement.
Brigitte Bardot a été condamnée par la justice française pour ses propos lors d’une campagne contre la pratique du sacrifice animal, en fustigeant « la dégradation générale des mœurs, la décomposition des valeurs et de la culture nationales » et en faisant part de « son angoisse face à l’irruption de comportements et de mœurs d’origine étrangère liés à une immigration massive, jugée envahissante ». Cet appel a trouvé un large écho dans la société française, relayé annuellement par les médias

Le sacrifice du mouton de l’Aid Al Adha ( Le jour du sacrifice ) se fait généralement sans étourdissement préalable de l’animal, contrairement aux pratiques recommandées habituellement dans les abattoirs, notamment dans l’Union européenne. Cela est due au fait que, selon des sources scientifiques, l’animal ne peut sentir la douleur s’il est égorgé (qui est la méthode utilisé pour abattre l’animal). Des dispositions relatives au bien être de l’animal existent dans de nombreux pays, notamment dans des dispositions de l’Union européenne transcrites dans les législations de tous les pays de l’Union, mais des dérogations spécifiques sont prévues dans le cas d’abattage à caractères religieux, néanmoins ces dérogations sont restreintes à des établissements agréés, et non aux particuliers.

Voir aussi :

Comment faire la prière de l’Aïd Al Adha ?

Lailat al Bara'a

lailat al baraaLailat al Bara’a

Date prévu : le 15 Sha’ban

Deux semaines avant le Ramadan, les musulmans cherchent le pardon de leurs péchés

Beaucoup de musulmans croient que durant cette nuit, Dieu fixe le destin de chaque homme pour l’année à venir. On passe cette nuit à prier pour demander à Dieu directives et pardon. Certains jeûnent durant la journée.

Dans certains pays musulmans, on visite les tombes des défunts.
On fait des aumônes.


***************************************************************************

Plusieurs hadiths sahihs démontrent que le Prophète (sallAllahou alayhi wa sallam) jeûnait pendant la plupart du mois de Chaäbane.

De ces hadiths nous pouvons constater ce qui suit :

1-Est-ce que le Prophète jeûnait pendant le mois de Chaäbane ?

-Oui

2-Combien de jours le Prophète jeûnait-il, en général, pendant le mois de Chaäbane ?

-Presque tout le mois. (Selon un hadith de Aïcha (radiAllahou anha)

Les savants précisent cependant qu’il est recommandé de ne pas jeûner pendant les quinze derniers jours de Chaäbane afin que l’on puisse être prêts à jeûner pour le Ramadan.

3-Le mois de Chaäbane a-t-il une valeur particulière ?

-Oui, c’est le mois où les « faire » (actions) des croyants sont élevés auprès d’Allah (soubhanahou wa taala), c’est pourquoi le Prophète a dit : « J’aimerais que mes `faire’ (actions) soient rapportés à Allah (ou : « élevés auprès d’Allah) pendant que je jeûne ». (en arabe : Ouhibbou an yourfaä amali wa ana saïm ») (Rapporté par An-nasaïe)

4-Y a-t-il des hadiths sahih sur la nuit du 15 Chaäbane en particulier ?

Il y en a un seul rapporté par Abou Moussa Al Achariye (radiyAllahou anhou): « Allah observe pendant la nuit de la mi-Chaäbane puis pardonne à toutes ses créatures sauf à l’associateur et au « Mochahine » [= le coléreux qui cherche la bagarre] » (rapporté par Ibn Maja, agréé par Al-Albani (n°1144).

5-La nuit du 15 Chaäbane a-t-elle une valeur particulière?

-Oui, en lisant le hadith précédent, nous devons nous assurer cette nuit-là à nous purifier de toute association (chirk) quelle qu’elle soit (toute superstition ; croire en l’horoscope par exemple ou en Paul le Poulpe  ) et de toute attitude coléreuse et provocatrice…

6- Y a-t-il des hadiths recommandant des pratiques particulières pour la nuit du 15 Chaäbane  spécialement ?

-Non, aucun hadith sahih !

7-Peut-on quand-même jeûner le 15 Chaäbane ?

Oui et non.

°-Oui, mais seulement dans le cadre d’un jeûne ordinaire des trois jours du milieu de chaque mois : le 13, le 14 et le 15 ensemble.  Ou si ça tombe un lundi ou un jeudi et que vous êtes habitué à jeûner ces deux jours en jeûne surérogatoire. Cela, sans croire en un plus grand mérite ou une plus grande récompense. (Selon le cheikh AbdAllah Al Monajid –voir lien ci-dessous en arabe).

C’est aussi l’avis de l’ex-imam d’Al-Azhar, le cheikh Mohammed Khidr Hussein, dans son ouvrage intitulé « La Chariaa islamique est applicable en tout temps et en tout lieu » (p. 86). Selon ce dernier, tout hadith faible peut être pris en considération uniquement s’il est en accord avec la charia et qu’il prêche le bien et réfute le blâmable, sans toutefois s’imposer un nombre précis de rakaates ou de douaas spécialement dédiés à cette nuit.

°-Non, selon le Cheikh Bin Baz qui refuse en bloc tout acte d’adoration voué à cette nuit en particulier, car il considère que c’est une « bid’a ». (voir lien ci-dessous en arabe)

http://alminbar.net/malafilmy/shabaan/1.htm#1c

http://www.saaid.net/mktarat/12/8-1.htm

http://www.islamway.com/?iw_s=Article&iw_a=view&article_id=1942