www.islam-a-tous.com

Sur Mouslimradio, Coran, Hadith, Anachid, Tajwid, texte islamique et bien d'autres choses.....

Actuellement, en direct sur Loading ...


SAWS est l'abrégé de : Salla Allahou alayhi Wa Salam
"Allah et ses Anges prient sur le Prophète. O croyants, priez pour lui et louez-le."
( Sourate 33, verset 56 ).

Et d'aprés Al-Husayn, le Prophète ( Salla Allahou alayhi wa Salam ) a dit :
"L'égoîste, c'est celui qui ne prie pas sur moi quand mon nom est prononcé en sa présence.",
Rapporté par Ahmad, At-Tirmidhi, an-Nassa'î.

aicha bint Abi Bakr – islam à tous

Aicha bint Abî Bakr


aicha bint Abi Bakr,sahabiyat,femme,epouse,concubine,prophete,islam,mohamed,mahomet,Aicha bint Abî Bakr

3eme femme du prophète mahomet

( date du mariage : 623
  ,  décès : 678 )

Vers 620  Abû Bakr, l’un des plus proches amis du Prophète et l’un des premiers convertis à l’islam pensa qu’il serait bon de se lier plus étroitement avec son maître. Il songea à lui proposer sa fille ‘Â’icha. Elle n’avait que 6 ans. C’était une jolie fille. On les fiança donc. Ces choses ne paraissaient pas extraordinaires à l’époque.

Le prophète ne l’épousa réellement que trois ans plus tard, alors qu’il n’avait d’autre femme que Sawda.

Hadith 114 dans le Sahîh de Muslim:

« Aïcha a dit : « J’avais six ans lorsque le Prophète m’épousa, neuf ans
lorsqu’il eut effectivement des relations conjugales avec moi ». Puis
elle relatait : « Nous nous rendîmes à Médine. J’avais eu la fièvre
pendant un mois, et avais perdu mes cheveux; mais ils repoussèrent
abondamment et m’arrivèrent jusqu’aux épaules. Ma mère, ‘Umm Rûmân,
vint me trouver tandis que j’étais sur une balançoire, entourée de mes
compagnes. Elle m’appela et je me rendis à son appel sans savoir ce
qu’elle voulait de moi. Elle me prit par la main, me fit rester sur la
porte de la maison, jusqu’à ce que ma respiration haletante se fût
calmée. Elle me fit ensuite entrer dans la maison où se trouvaient des
femmes des ‘Ansâr qui me dirent: « A toi le bonheur, la bénédiction et
la meilleure fortune! » Ma mère m’ayant livrée à ces femmes, celles-ci
me lavèrent le visage et la tête; et se mirent à me parer. J’avais à
peine fini, que l’Envoyé d’Allah entra, lorsqu’il était encore le
matin. Alors on me remit entre ses mains. »

Veuve à 18 ans et condamnée au célibat, elle fut une femme exceptionnelle, qui joua un grand rôle dans l’islam naissant. Elle transmis de très nombreuses traditions sur la vie de son mari.

Elle est considérée comme l’un des plus grands juristes de l’islam naissant.

Elle mourut en 678.