www.islam-a-tous.com

Sur Mouslimradio, Coran, Hadith, Anachid, Tajwid, texte islamique et bien d'autres choses.....

Actuellement, en direct sur Loading ...


SAWS est l'abrégé de : Salla Allahou alayhi Wa Salam
"Allah et ses Anges prient sur le Prophète. O croyants, priez pour lui et louez-le."
( Sourate 33, verset 56 ).

Et d'aprés Al-Husayn, le Prophète ( Salla Allahou alayhi wa Salam ) a dit :
"L'égoîste, c'est celui qui ne prie pas sur moi quand mon nom est prononcé en sa présence.",
Rapporté par Ahmad, At-Tirmidhi, an-Nassa'î.

Mahomet – islam à tous

France : SCANDALE : Najat Vallaud-Belkacem fabrique les prochaines générations d'islamophobe, dans les écoles de France.


France : SCANDALE : Najat Vallaud-Belkacem fabrique les prochaines générations d’islamophobe, dans les écoles de France.

Des parents d’élèves ont été choquées de voir au sein du manuel scolaire de leur enfant la notion de « jihad » en Islam traduite par le mot « guerre » et expliquée par un simple verset du Coran. Selon ces derniers, les consignes officielles sont désormais d’étudier l’Islam sous l’angle de la conquête.

Des parents d’élèves accusent plusieurs fournisseurs de manuels scolaires tels que Belin, Hatier et Nathan, de ne favoriser l’étude de la religion musulmane que sous l’angle de la conquête, de la guerre et du « jihad ».

Belin, Hatier et Nathan commencent par un dossier sur « la conquête de la Syrie-Palestine », Hachette se limite à celle de la Palestine. Seuls Bordas et Magnard débutent le cours sur une note pacifique : le premier avec « la vie de Mahomet selon les textes », le second avec « les textes fondateurs de l’islam », indique un témoignage sur les réseaux sociaux.

La notion de « jihad » bien plus complexe en Islam est simplifiée dans ce livre d’histoire destiné aux enfants. Pourtant, les cours d’histoire sur l’islam et la civilisation arabo-musulmane sont l’occasion pour les professeurs de mettre un terme aux préjugés et aux mensonges véhiculés par les médias.

L’apprentissage des bases de l’Islam à l’école doit permettre de mieux comprendre le message véhiculé par les musulmans à travers le temps. Adoration d’un Dieu Unique, les cinq piliers de l’Islam, les six piliers de la foi ou encore l’importance des parents, du pacte contracté entre deux parties etc…

Depuis plusieurs années, les intellectuels musulmans et imams francophones tentent d’expliquer les contours de la notion de jihad en Islam. Évidemment il n’est pas question uniquement de guerre mais aussi d’effort sur soi, de combattre les travers et mauvais penchants de son âme notamment.

Mise à jour à 14h57 :

Une lectrice a contacté Islam&Info et a confirmé notre information en vérifiant le manuel de sa propre fille…

http://www.islametinfo.fr/2015/10/01/scandale-le-jihad-la-guerre-selon-le-coran-explique-aux-enfants-dans-un-manuel-scolaire/

Bilal , le premier muezzin de l’islam

bilal,muezzin,adhanBilal


Bilal Ibn Rabah, (arabe : بلال بن رباح), plus connu sous le nom de Bilal Al-Habashi, fut l’un des premiers compagnons du prophète de l’islam, Mouhammad ( Salla Allahou alayhi Wa Salam ), et le premier muezzin de l’islam. Il aurait été le premier noir et le premier esclave à se convertir à l’islam après son affranchissement par Abou Bakr.

Le premier adhân

À la fin de l’édification de la première mosquée, à Médine, il fallait appeler les fidèles à la prière. C’est donc en l’an I de l’Hégire, que la décision fut prise quant au moyen de rappeler aux croyants l’heure des prières. À ce sujet, l’envoyé de Dieu et ses compagnons passèrent en revue quelques procédés tels que l’usage du cor en vigueur chez les Juifs, ou de la cloche à la manière des Chrétiens. Les deux idées furent toutefois rejetées. La proposition avancée par Abd Allâh Ibn Zayd fut retenue : la voix.

«Allahou Akbar ! Allahou Akbar ! (Dieu est le plus grand ! Dieu est le plus grand) Ach-hadou an lâ ilaha illa lâh ! (Je témoigne qu’il n’y a de vraie divinité sauf Dieu) Ach-hadou an lâ ilaha illa lâh ! (Je témoigne qu’il n’y a de vraie divinité sauf Dieu) Ach-hadou anna Mouhammadan rasouloul-lâh (Je témoigne que Mouhammad est le messager de Dieu) Ach-hadou anna Mouhammadan rasouloul-lâh (Je témoigne que Mouhammad est le messager de Dieu) Hayya ‘alas-salâ (Venez à la prière) Hayya ‘alas-salâ (Venez à la prière) Hayya ‘alal-falâh (Venez à la félicité) Hayya ‘alal-falâh (Venez à la félicité) Allahou Akbar ! Allahou Akbar ! (Dieu est le plus grand ! Dieu est le plus grand) lâ ilaha illa lâh ! (Il n’y a de vraie divinité sauf Dieu). »

Mouhammad ( Salla Allahou alayhi Wa Salam ), qui avait remarqué la magnifique voix de Bilâl, le chargea de lever l’adhân. Flatté de l’honneur qu’il lui faisait, Bilâl s’exécuta avec empressement. Il grimpa sur le toit de la mosquée et lança le tout premier appel à la prière de sa plus belle voix. Sa prestation émut le prophète de l’islam et ses compagnons qui furent confortés dans leur choix et décidèrent que Bilal serait définitivement chargé de lever l’adhân. C’est ainsi que Bilal Ibn Rabah devint Bilal Al-Habashi, le premier muezzin de l’islam. En 623, à la bataille de Badr qui vit la victoire des Musulmans sur les polythéistes mecquois, il combattit et tua son ancien maître, Omayyah Ibn Khalaf. Ce fut encore lui que Mouhammad ( Salla Allahou alayhi Wa Salam ) chargea de lever le premier adhân de La Mecque, du haut de la Ka’aba, lors de leur entrée triomphante dans la ville. Quand la Ka’aba fut ouverte, seul Bilal eut le droit d’accompagner Mouhammad ( Salla Allahou alayhi Wa Salam ) à l’intérieur pour débarrasser ce lieu saint, construit par Adam et que Ibrahim (Abraham) avait reconstruit avec son fils aîné Ismaël après le Déluge, de toutes les idoles qui s’y trouvaient.

A SAVOIR :

Le prénom du Prophète de l’islam est Mouhammad, et surtout pas mahomet.

 

Retour au sommaire du Dictionnaire

Muhammad ( mahomet )

mahomet,mohamedMuhammad , ( mahomet )

Mahomet , ( Mohamed ) (La Mecque 570 – Médine 632), fondateur de l’islam, est un chef religieux, politique et militaire arabe.

Les musulmans le considèrent comme le dernier des prophètes du monothéisme, au sens où il termine et scelle le cycle de la révélation monothéique abrahamique. Ses biographies rapportent qu’il récitait à ses premiers compagnons (sahabas) les versets du Coran qu’il présentait comme la parole même de Dieu, (Allah en arabe), transmise à lui par l’archange Gabriel. Le Coran a été compilé après la mort de Mahomet, à partir de transcriptions sur des supports divers, par ces disciples. Par ailleurs, certaines de ses actions et de ses paroles forment la sunna qui est la seconde source à la base du droit musulman.

La fondation de l’islam et de la culture islamique en font un personnage historique de première importance.

Son nom est en arabe : محمّد (Mouhammad), qu’on peut traduire par « digne de louanges », et de façon plus complète Abou l-Qâsim Mohammed ben `Abd Allâh ben `Abd al-Mouttalib ben Hâchim (أبو القاسم محمّد بن عبد الله بن عبد المطلب بن هاشم) soit « père de Qasim, Mohammed, fils de Abdallah, le fils de Abdelmuttalib, le fils de Hachim ».

De nombreux autres noms lui ont été attribués, soit de son vivant, soit par la tradition islamique. On en compte deux cent un, dont Al-Mustafâ et Al-Mukhtâr qui signifient « l’élu », Al-Amine qui signifie « le loyal », Ahmad et Mahmoud qui sont dérivés de la même racine que Mohammed.

Dans le Coran et les hadiths, Mahomet est habituellement appelé « le messager de Dieu » (rasoul) (الرَّسول, ar-rasūl, « le messager », « l’envoyé »), plus de deux cents fois dans le Coran. Il est également désigné par l’expression (Nabi) (النَّبيّ, an-nabīy, traduit « le Prophète »). Ces deux appellations renvoient à une distinction faite en islam entre deux catégories de personnes investies d’une mission apostolique ; les messagers de Dieu, appelés aussi envoyés de Dieu, sont, d’après la terminologie islamique, les personnages qui auraient reçu la révélation de lois abrogeant les lois des messagers précédents, avec l’ordre de le transmettre aux hommes, tandis que les prophètes auraient reçu une révélation par les mêmes voies et l’ordre de transmettre aux hommes un message du messager précédent. Selon cette classification, tout messager est un prophète, mais tout prophète n’est pas messager. Les uns comme les autres auraient reçu la révélation, mais seuls les messagers amèneraient un livre ou une loi nouvelle. Selon la tradition musulmane il y aurait cent vingt-quatre mille prophètes et trois cent treize messagers, le premier d’entre eux étant Adam, le premier des humains, et le dernier, Mahomet, l’un comme l’autre étant considérés comme des prophètes messagers.

Lorsque les musulmans pieux prononcent ou écrivent son nom, ils emploient la forme arabe et ajoutent généralement une bénédiction, « le salut soit sur lui».


les femmes du prophète ( sahābiyāt )


sahabiyat,femme,prophete,islam,mohamed,mahometLes saḥābiyāt

Les saḥābiyāt (صحابيات) sont les femmes condisciples du prophète.

Epouses et concubines
du Prophète

I.  Epouses

1) Khadîdja bint Khuwaylid
(
date du mariage :595  ,  décès : 619 )

2) Sawda bint Zam’a
( date du mariage : 619 à 50 ans  ,  décès : 641 )

3) Â’icha bint Abî Bakr
( date du mariage : 623  ,  décès : 678 )

4) Hafsa bint ‘Umar
( date du mariage : 625 à 20 ans )

5) Zaynab Bint Khuzayma
( date du mariage : 626 à 30 ans ,  décès : 626 )

6) Umm Salâma Hind
( date du mariage : 626  ,  décès : 683 )

7) Zaynab bint Djahch
( date du mariage : 625 à 35 ans  ,  décès : 642 )

8) Djuwayriyya
décès : 679 )

9) Umm Habîba
( date du mariage : 628 à 30 ans  ,  décès : 681 )

10) Safiyya bint Huyayy
( date du mariage : 629  ,  décès : 672 )

11) Maymûna bint al-Hârith
( date du mariage : 629 à 26 ans ou 36 ans )

II Concubines

1) Rayhâna (627)
( date de l’union : 627 )

2) Mârya (629)
( date de l’union : 629 )

Sources: Mohammed Hamidullâh, La Vie du Prophète; W. M. WATT, Mahomet.