www.islam-a-tous.com

Sur Mouslimradio, Coran, Hadith, Anachid, Tajwid, texte islamique et bien d'autres choses.....

Actuellement, en direct sur Loading ...


SAWS est l'abrégé de : Salla Allahou alayhi Wa Salam
"Allah et ses Anges prient sur le Prophète. O croyants, priez pour lui et louez-le."
( Sourate 33, verset 56 ).

Et d'aprés Al-Husayn, le Prophète ( Salla Allahou alayhi wa Salam ) a dit :
"L'égoîste, c'est celui qui ne prie pas sur moi quand mon nom est prononcé en sa présence.",
Rapporté par Ahmad, At-Tirmidhi, an-Nassa'î.

science – islam à tous

Les bienfaits du miel en Islam confirmés par la Science

Le Coran et la Sunna mentionnent plusieurs aliments bénéfiques pour notre santé et que l’on retrouve dans la nature que le Tout-Puissant nous a accordé. L’un d’entre eux, est très célèbre pour ses vertus, et il est utilisé depuis des siècles à travers le monde entier dans les médecines traditionnelles mais de plus en plus dans la médecine moderne : il s’agit du miel.

Ses vertus bénéfiques évoquées dans le Coran et la Sunna

 

Le miel est reconnu par la science, comme étant un remède pour de nombreux maux qui touchent l’être humain. Et notre Saint Coran mentionne ses bienfaits dans la sourate Les abeilles (Nahl) :

« [Et voilà] ce que ton seigneur enseigna aux abeilles : « Prenez des demeures dans les montagnes, les arbres et les treillages que les hommes font * Puis mangez de toute espèce de fruits, et suivez les sentiers de votre Seigneur, rendus faciles pour vous. De leur ventre, sort une liqueur, aux couleurs variées, dans laquelle il y a une guérison pour les gens. Il y a vraiment là une preuve pour les gens qui réfléchissent. » versets 68 et 69.

De même, la Sunna vient confirmer des vertus bénéfiques du miel pour nous soigner. Voici quelques exemples de hadiths :

Selon Abou Saïd, un homme vint dire au Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Mon frère a mal au ventre. – Donne-lui du miel à boire, répondit le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam). L’homme revint à nouveau et le Prophète lui dit :- Donne-lui du miel à boire. L’homme revint encore et dit : – J’ai fait ce que tu m’as conseillé. – Dieu a dit la vérité, s’écria alors le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam), c’est le ventre de ton frère qui a menti. – Donne-lui du miel à boire. On fit boire du miel au malade et il guérit. » (Rapporté par Boukhari)

Ce hadith prouve de la faculté purifiante du miel pour l’estomac et les intestins. Selon une explication d’Ibn Al-Qayyim du hadith , la quantité de miel n’était pas suffisante pour soigner complètement le frère malade, d’où la nécessité de répéter l’opération jusqu’à atteindre la dose qui permet de guérir définitivement. Ou encore :

Ibn Abbas rapport que le Messager de Dieu (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « La guérison repose sur trois choses : la gorgée de miel, l’incision de la ventouse, et la brûlure du cautère, mais j’interdis à ma Communauté la cautérisation ». (Et dans une autre version : Je n’aime pas être cautérisé) (Rapporté par Boukhari)

Selon Aïcha (radiyoull-Lahu `anha) : le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) aimait le sucré et le miel. (Rapporté par Bouhkhari)

L’ouvrage « L’authentique de la Médecine Prophétique » d’Ibn Al-Qayyim mentionne les nombreux avantages du miel. « Il évacue les débris des veines, des intestins et autres. Il dissipe l’humidité par ingestion ou application (externe), il est aussi utile aux vieillards, aux personnes flegmatiques et à l’humeur froide et humide. Il est nourrissant, facilite les selles, conserve la texture des pâtes et de tout ce qu’on y dépose, fait disparaître le goût des remèdes répugnants, purifie le foie et la poitrine, c’est un diurétique et il convient à la toux glaireuse ».

Toujours selon Ibn-Al Qayyim, le Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) prenait du miel avec de l’eau froide. C’était un bon remède pour préserver sa santé et s’entretenir. Et la Science vient confirmer les vertus bénéfiques du miel citées dans le Coran et la Sunna.

Les vertus citées dans le Coran et la Sunna confirmées par la Science

 

Bien que les bienfaits du miel ne sont pas encore tous connues par la science (des recherches étant encore en cours), ceux que l’on connait sont déjà bien nombreux.

Le miel pour la voie respiratoire
Commençons par évoquer l’un des plus célèbres : le miel contre la toux, cité dans l’Authentique de la médecine prophétique.
Une récente étude de l’Université de Pennsylvanie a révélée suite à une expérience menée avec des enfants qui toussaient que ceux qui prenaient du miel avant de dormir passaient une nuit plus paisible que ceux qui n’en avaient pas pris. Cette étude révèle donc l’action positive du miel sur le système respiratoire et son atténuation du mal de gorge.

L’action purgative du miel
Le hadith sur le frère malade de son ventre évoquée précédemment, témoigne de la faculté du miel à soulager des nombreux maux du ventre, notamment la colique, la dyspepsie ou l’ulcère d’estomac.

Un antiseptique, un cataplasme
Le miel soigne également les plaies. Il possède des vertus calmantes et cicatrisantes pour les blessures.

Un anti- bactérien
Il aurait aussi les mêmes propriétés que l’eau oxygénée pour désinfecter.
Une récente étude publiée par la revue scientifique Microbiology constate que le miel est un bactéricide efficace, qui pourrait servir à l’industrie pharmaceutique (pour remplacer par exemple des antibiotiques moins efficaces).

Un conservateur
Sa richesse en potassium fait de lui un bactéricide naturel. On peut donc l’utiliser pour conserver des aliments.

Ses vertus nourrissantes

Enfin, le miel est très utilisé dans les cosmétiques pour ses propriétés hydratantes, nourrissantes, et anti-oxydantes. On le retrouve ainsi dans les soins pour cheveux, les crèmes hydratantes, les baumes, et même dans des compléments alimentaires.

Les multiples bienfaits du miel font de ce produit un indispensable pour tout musulman désireux de se soigner selon les préceptes de la Sunna et le Coran. Il n’est donc pas étonnant que le Messager de Dieu (salallahu ‘alayhi wa salam) en prenait régulièrement.
Cependant, la croyance est la condition indispensable à la guérison, car seul Dieu guérit.

« Nous faisons descendre du Coran, ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants » (verset 82 de la Sourate Al-Isra) 

Et vous, utilisez-vous le miel pour vous soigner ?

Les bienfaits de la recherche de la science

Rechercher et apprendre la science (talab al ‘ilm) est un devoir pour tout musulman. Dans sourate Al ‘Alaq (l’Adhérence), Dieu (Exalté soit-Il) dit :

Lis au Nom de ton Seigneur qui a tout créé, qui a créé l’homme d’une adhérence ! Lis, car la bonté de ton Seigneur est infinie !

Les vertus de l’apprentissage de la science 

L’Islam encourage la recherche de la science dans de nombreux ahadith. Le prophète (que la Paix et le Salut soient sur lui) dit dans un hadith rapporté par l’imam Ahmad et Ibn Maja (que Dieu les agrée) :

Ô Abu Dharr, que tu partes et que tu apprennes un verset du livre d’Allah est préférable pour toi que de prier cent raka’a, et que tu partes et que tu apprennes une porte de science, que l’on applique ou pas, est préférable pour toi à ce que tu pries mille rak’a.

Ce hadith montre bien le grand mérite et la rétribution associée à l’apprentissage de la science.

L’apprentissage de la science est également ce qui va nous élever en degrés, Dieu (glorifié soit-Il) dit dans sourate Al Moujadala, verset 11 :

Allah élèvera en degrés ceux d’entre vous qui auront cru et ceux qui auront reçu le savoir. Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.

Al Tirmidhi (que Dieu l’agrée) rapporte dans un hadith authentique que le prophète (que la Paix et le Salut soient sur lui) a dit :

On a évoqué devant l’Envoyé d’Allah le cas de deux hommes : l’un est un dévot et l’autre est un savant. L’Envoyé a dit : Le mérite du savant sur le dévot est semblable au mien sur le plus proche d’entre vous. Ensuite, l’Envoyé d’Allah  a ajouté : Allah et Ses anges ainsi que les habitants des cieux et de la terre et même la fourmi dans sa fourmilière et le poisson prient sur ceux qui initient les gens au bien.

La place de la science est très importante en Islam. Nous sommes dans un siècle où l’information est partout, c’est pourquoi il faut redoubler d’efforts pour apprendre tout en étant vigilant aux sources de cet apprentissage. À nous de nous référer aux spécialistes d’une science si nous souhaitons l’apprendre.

L’effort d’apprendre et d’enseigner

Apprendre puis transmettre en tournant son intention totalement vers Allah (glorifié soit-il) fait partie des choses dont la rétribution  est immense. Mou’adh Ibn Jabal (que Dieu l’agrée) disait :

Apprenez le savoir car le fait de l’apprendre pour plaire à Allah constitue une marque de crainte, le fait de le viser constitue une marque d’adoration, le fait de l’étudier constitue une marque de glorification, le fait de le chercher constitue une marque de Jihad, le fait de l’enseigner à celui qui ne le possède pas constitue une aumône et le fait de le dispenser à ceux qui le méritent constitue un moyen de rapprochement d’Allah. C’est que le savoir est un ami intime dans la solitude et un compagnon fidèle dans la retraite spirituelle.

Une science apprise se doit d’être partagée, le prophète (que la Paix et le Salut soient sur lui) a dit d’après Ibn ‘Abass (que Dieu l’agrée) :

Conseillez vous en Science et ne vous cachez pas le savoir les uns les autres, car une trahison en science est plus grave qu’une trahison en argent.

تناصحوا في العلم ولا يكتم بعضكم بعضاً، فإنَّ خيانةً في العلم أشدُّ من خيانةٍ في المال

La science doit être partagée et transmise, nous devons toujours, en tant que croyants, être à sa recherche. D’ailleurs, plus nous apprenons, plus nous nous apercevons que nous sommes ignorants. Allah (glorifié soit-Il) dit dans sourate Faatir, verset 28  :

Parmi les serviteurs d’Allah, les savants sont les seuls à Le redouter

Que Dieu nous aide à apprendre Sa Science avec une intention saine, et à la transmettre.

hadith 0678 à 0682 – Le Adhan – Les gens de Science et de mérite ont plus de droit à l'imamat de la prière.

Sous-chapitre 46
Les gens de Science et de mérite ont plus de droit à l’imamat de la prière.

HADITH 0678

Abu Musa dit : Le Prophète tomba malade et sa maladie atteignit un stade avancé. Il dit alors : « Transmettez l’ordre à Abu Bakr afin qu’il préside les gens en prière. »

« C’est un homme sensible », intervint Aicha, « s’il se met à ta place, il ne pourra pas faire la prière aux gens. »

« Transmettez l’ordre à Abu Bakr afin qu’il préside les gens pendant la prière !« , répéta le Prophète.

Et Aicha de redire la même chose. Le Prophète lui dit : »Transmets l’ordre à Abu Bakr afin qu’il préside les gens pendant la prière ! vous ressemblez aux femmes qui ont été éprises de Joseph.« 

En effet, l’émissaire du Prophète arriva chez Abu Bakr, qui présida ensuite la prière du vivant même du Prophète.

HADITH 0679

Aicha, la Mère des croyants, dit : Durant sa maladie, le Messager de Dieu dit :

« Transmettez l’ordre à Abou Bakr afin qu’il préside les gens en prière !« 

« Si Abou Bakr prend ta place », intervint Aicha, « il ne pourra pas faire entendre les fidèles à cause de ses sanglots. Donne plutôt cet ordre à Oumar ! »

Je dis à Hafsa : « Dis-lui : Si Abou Bakr prend ta place, il ne pourra pas faire entendre les fidèles à cause de ses sanglots. Donne l’ordre à Oumar de présider la prière. »

En effet, Hafsa s’exécuta mais le Messager de Dieu dit :

« Fi! vous êtes comme les femmes qui ont été éprises de Joseph… Transmettez à Abou Bakr l’ordre de présider les gens en prière !« 

Après cela, Hafsa dit à Aicha : « Je ne pouvais avoir de ta part un bien quelconque ! »

HADITH 0680

Anas ben Malik al Ansary, qui avait longtemps accompagné et servi le Prophète, dit : « Pendant les souffrances qui causèrent le décès du Prophète, c’était Abou Bakr qui présidait la prière. Mais, le lundi arrivé, et tandis que les fidèles étaient en rang à faire la prière, le Prophète écarta le rideau de sa chambre et resta debout à nous regarder. Son visage supposait une bonne mine (Dans le texte : Son visage ressemblait à une feuille d’un parchemin). En le voyant sourire, nous faillimes interrompre la prière de joie. Abou Bakr crut que le Prophète allait sortir pour faire la prière, il recula donc pour se mettre en rang mais le Prophète nous fit signe de continuer la prière et rabaissa ensuite le rideau. Ce fut le jour de sa mort. »

HADITH 0681

Anas dit : « Le Prophète ne sortit pas de chez lui durant trois jours. On Fit l’iqama pour la prière puis Abou Bakr avança pour la présider juste au moment où le Prophète souleva le rideau de sa chambre. En voyant son visage rayonnant…, ce fut la plus plaisante des choses que nous avons vues… Il fit ensuite signe de la main à Abou Bakr d’avancer puis rabaissa le rideau. Après quoi, on ne put le voir qu’après sa mort. »

HADITH 0682

D’après Hamza ben Abd-oul-Lah, son père dit : Lorsque le douleur du Messager de Dieu s’accentue, on l’interrogea au sujet de la prière … et il répondit en ces termes : »

« Transmettez l’ordre à Abou Bakr afin qu’il préside les fidèles en prière.« 

Alors, Aicha dit : »Abou Bakr est un homme sensible; s’il récite, il sera pris par des sanglots. »

« Transmettez-lui l’ordre de présider la prière. »

Elle redit de même, mais le Prophète dit :

« Transmettez-lui l’ordre de prier! vous ressemblez aux femmes qui ont été éprises de Joseph.« 

Comme Younous, ce hadith a été aussi rapporté par as-Zoubaydy, par le neveu paternel d’as-Zouhry et par Ishaq Yahya al-Kalby, et ce d’az-Zouhry…

De Ouqayl et Ma’mar, d’as-Zouhry, de Hamza, du Prophète…

Allez au,
sommaire
<–  Sous-chapitre précédentSous-chapitre suivant –>
<–  chapitre précédentchapitre suivant –>

Sur google, il y a plusieurs façon d’orthographier le nom du recueille de Al Boukhâri, et les résultats montre bien, le quel est le plus utilisé.

Sahih l Bukhâri = Environ 4 180 000 résultats

Sahih al Boukhâri = Environ 2 180 000 résultats

Sahih el Boukhâri = Environ 2 170 000 résultats

Sahih al Bukhâri = Environ 1 200 000 résultats

hadith 0133 – La science – Sur le fait d'enseigner la Science ou de répondre à des questions dans une mosquée

hadith


Sous-chapitre 52
Sur le fait d’enseigner la Science ou de répondre à des questions dans une mosquée

HADITH 0133
Abd-ul-Lâh ben Umar dit : Un homme se leva dans la mosquée et dit :
« O Messager de Dieu ! à partir de quel endroit nous recommandes-tu de commencer notre talbiya ? »
« Les habitants de Médine« , répondit le Messager de Dieu
« doivent commencer à partir de Dhi-l-Hulayfa; les habitants de la Syrie à partir d’al-Juhfa et ceux du Nejd à partir de Qarn.« 

Ibn Umar dit : On rapporte que le Messager de Dieu dit aussi :
« et les habitants du Yémen commenceront leur talbiya à partir de Yalamlam. » Mais je n’ai pu retenir cette phrase du Messager de Dieu.

Allez au,
sommaire
<–  Sous-chapitre précédentSous-chapitre suivant –>
<–  chapitre précédentchapitre suivant –>