www.islam-a-tous.com

Sur Mouslimradio, Coran, Hadith, Anachid, Tajwid, texte islamique et bien d'autres choses.....

Actuellement, en direct sur Loading ...


SAWS est l'abrégé de : Salla Allahou alayhi Wa Salam
"Allah et ses Anges prient sur le Prophète. O croyants, priez pour lui et louez-le."
( Sourate 33, verset 56 ).

Et d'aprés Al-Husayn, le Prophète ( Salla Allahou alayhi wa Salam ) a dit :
"L'égoîste, c'est celui qui ne prie pas sur moi quand mon nom est prononcé en sa présence.",
Rapporté par Ahmad, At-Tirmidhi, an-Nassa'î.

hadith 0111 à 0114 – La science – Sur la transcription de la Science – islam à tous

hadith 0111 à 0114 – La science – Sur la transcription de la Science

hadith


Sous-chapitre 39
Sur la transcription de la Science

HADITH 0111
Juhayfa rapporta : Je dis une fois à Ali :
« Avez-vous quelque chose d’écrit autre que le Coran ? »
« Non », répliqua-t-il
« exception faite d’une compréhension donnée à tout homme et tirée du Livre de Dieu ou le contenu de ce feuillet. »
« Et que contient ce feuillet ? »
« Ce qui a trait au prix du sang, à la libération des prisonniers et ceci: un musulman ne doit être tué pour un mécréant. »

HADITH 0112
Abu Hurayra a dit : En l’an de la prise de la Mecque, les Khuzâ’a abattirent un homme des béni Layth contre l’un des d’eux abattu auparavant par ces derniers. Informé, le Prophète se mit sur sa monture et fit ce discours :
« Dieu a interdit que l’homicide (ou : les Gens de l’éléphant (allusion à l’armée d’Abracha), le doute vient d’Abu Abd-ul-Lâh) soit dans La Mecque. C’est au Messager de Dieu et aux Croyants qu’Il a donné pouvoir sur ses habitants. Cependant, elle n’a perdu son caractère sacré pour quiconque, ni avant moi ni après moi… Elle ne m’a été rendue licite que pour une heure de la journée… Sachez qu’à cette heure-ci elle a recouvré son caractère sacrée: on ne doit ni arracher ses épines, ni couper ses arbres; ni ramasser ses objets perdus, sauf s’il s’agit de les annoncer… Quant au meurtre commis, les parents de la victime sont entre deux choix: soit d’accepter le prix du sang, soit d’appliquer le talion. »
Sur ce, arriva un homme des habitants du Yémen et dit :
« O Messager de Dieu ! écris-moi cela ! »
« Ecrivez-cela au père d’Un tel ! » commanda le Prophète.
Et un Quraychite de demander !
« O Messager de Dieu ! fais exception du jonc ! Car nous l’utilisons beaucoup dans nos maisons et dans nos tombes. »
« Exception faite du jonc, exception faite du jonc ! » acquiesca le Prophète.

Abu Abd-ul-Lâh dit : On demanda alors :
« Et qu’est-ce qu’il a écrit à l’homme ? »
« Ce discourt », répondit Abu Abd-ul-Lâh

HADITH 0113
D’après Wahb ben Munabbih, son frère rapporta : J’ai entendu Abu Hurayra dire :
« Aucun des Compagnons du Prophète n’a rapporté de hadith plus que moi, exception faite de Abd-ul-Lâh ben Amrû, car lui écrivait les hadiths, tandis que moi non. »

HADITH 0114
Selon Ubayd-ul-Lâh ben Abd-ul-Lâh, ibn Abbâs rapporta : Lorsque le mal du Prophète devint plus intense, il dit :
« Apportez-moi sur quoi écrire afin que je vous dicte d’écrire ce qui vous évitera après moi de vous égarer ! »
Et Umar d’intervenir :
« Le mal domine le Prophète; nous avons le Livre de Dieu, il nous suffit. »
Les présents divergèrent alors et les voix s’élevèrent bruyantes.
« Levez-vous et laissez-moi ! Il ne sied qu’on se dispute en ma présence. » dit le Prophète
Et ibn Abbâs de continuer en sortant dit : « Le malheur, tout le malheur, réside dans l’obstacle qui fut dressé entre le Messager de Dieu et son écrit. »

Allez au,
sommaire
<–  Sous-chapitre précédentSous-chapitre suivant –>
<–  chapitre précédentchapitre suivant –>

 

Laisser un commentaire